franceinsoumise.vsg@gmail.com

Transformons la déclaration d’urgence climatique et écologique en une réalité

Transformons la déclaration d’urgence climatique et écologique en une réalité

Voeu du groupe France insoumise au conseil municipal du 27 juin 2019

Considérant l’augmentation dans l’atmosphère des gaz à effets de serre, et conséquemment le dérèglement sans précédent du climat mondial ;

Considérant que le changement climatique fait peser de sérieuses menaces sur l’humanité et son environnement, comme l’attestent les différents rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ;

Considérant les autres rapports tous aussi alarmant de la communauté scientifiques et des ONG de protection de l’environnement (l’IPBES de mai 2019 sur la biodiversité, l’étude de Greenpeace sur la pollution dans les villes, étude de juin 2019 de l’INSERM-CNRS-INRA-Atmo AURA etc…) ;

Considérant l’ensemble des mobilisations citoyennes, qui réclament légitimement une transformation écologique et sociale de nos territoires et de nos activités, afin qu’elles soient plus respectueuses de tous les êtres vivants ;

Considérant pour l’instant les actions inadaptées des acteurs politiques et économiques face à cette situation dramatique ;

Considérant que l’urgence écologique et climatique a été décrétée à l’unanimité par les députés dans  le projet de loi relatif à l’énergie et au climat le 18 juin 2019 à la suite d’une proposition de résolution déposée par le groupe France insoumise un mois plus tôt ;

Considérant que cette adoption à l’Assemblée nationale relève avant tout d’une déclaration politique et que derrière les mots ce qui importe avant tout ce sont des actes ;

Considérant notamment que l’adoption de l’amendement proposé par le groupe LFI pour mettre fin aux subventions pour les énergies fossiles dès 2020 a échoué, de même que celui sur les énergies renouvelables, qui portait un objectif de 100 % d’énergie renouvelable avant 2050 n’a pas non plus convaincu la majorité ;

Considérant que les politiques menées par la France et l’Union européenne n’ont pour l’instant pas permis de diminuer drastiquement les émissions de gaz à effet de serre ni contribuer à la préservation de la biodiversité et que notre système économique insoutenable constitue un facteur majeur de dérèglement climatique et de l’impasse écologique qui menace la vie des peuples, des écosystèmes autant que la survie des générations futures ;

Considérant l’impact local de cette situation d’urgence climatique et environnementale (augmentation de la température de +1,7° sur la région parisienne, plus de 60% des écoles et crèches de la ville et des communes environnantes sont concernées par des niveaux illégaux de pollution au dioxyde de carbone, 60% des émissions d’oxyde d’azote dues au trafic routier, des centaines de décès annuels reliés directement à la pollution atmosphérique etc…),

Considérant le plan Climat, Air, Energie adopté par en mars 2019 par le conseil départemental du Val-de-Marne ;

Propose au conseil municipal de :

  • Demander que cette déclaration d’urgence climatique et écologique se transforme par des mesures immédiates pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, et que les accords internationaux respectés ;

  • Se prononcer pour la mise en place immédiate de
    plans de transition ambitieux permettant d’éviter les conséquences certaines de
    cette crise climatique ;

  • Consciente des enjeux liés au dérèglement climatique se prononcer pour le développement d’un plan local pour l’environnement permettant :

  1. Poursuivre le soutien à une alimentation durable par l’accompagnement de cantines bio et repas végétariens et de substitutions ;
  2. Poursuivre la lutte contre le gaspillage alimentaire, notamment grâce aux opérations de sensibilisation dans les cantines scolaires ;
  3. La réalisation d’un inventaire participatif de la biodiversité à l’image du recensement en court des arbres remarquables de la ville ;
  4. Aider l’installation de composteurs en accès gratuit sur l’espace public et collectif, et des lombricomposteurs dans les appartements ;
  5. Poursuivre l’aide au développement des jardins partagés et jardins pédagogiques ;
  6. Poursuivre les actions de piétonisation dans le centre ville en lien avec les habitants et les commerçants, notamment les expérimentations de la rue de Paris,
  7. La promotion d’une mobilité décarbonée ;